Emission du dimanche 7 avril 2019

Pierre Michelon est membre de La fabrique Phantom et doctorant en Sciences Art Création Recherche (SACRe). Ses précédents films ont été présentés dans des festivals et dans le cadre de programmes curatoriaux et culturels. Ces différents espaces qu’il aborde sans les hiérarchiser sont complémentaires à ses yeux et lui ont permis de dialoguer avec des publics variés. Ce mois de mars, il a présenté C'est la nuit maintenant à Un lieu pour respirer (ex-Espace Khiasma), un documentaire sous forme d'installation, témoignage de l'histoire de Trần Tử Yến, jeune communiste déporté en 1931 de « l’Indochine » vers les « établissements pénitenciers spéciaux » de l’Inini, une subdivision de la Guyane française. Une installation est actuellement visible au Louvre. A l’instar de son film Amara, ces événements font suite à ses recherches sur la déportation coloniale et intègreront son doctorat d’arts visuels SACRe.

Première partie d'émission

Nous ferons une lecture de cette histoire des insurrections et des déportations politiques en Nouvelle-Calédonie pendant la Commune, avec l'écoute de documents sonores réalisés à partir d'archives et de récits, notamment des écrits de Louise Michel et avec une installation présentée actuellement au Louvre, une forme d'intervention de l'archive dans l'espace public

Deuxième partie

Amara : documentaire, réalisé par Pierre Michelon, programmé au Cinéma du Réel en mars 2019

Depuis le Colorado où il a élu domicile, Fouad Mennana entreprend de retrouver la trace de son défunt grand‑père — Amara Mennana — un agriculteur algérien exproprié de ses terres et déporté dans les bagnes de la Guyane "française" en 1926. Fouad lance sur internet quelques bouteilles à la mer. Mais rien n’est moins accessible que la violence du passé, et les archives et les classements et la poussière des cartons taisent secrètement l’histoire de celles et ceux qui n’ont plus de nom : sans nom patronyme, sans numéro, sans sépulture. Et pourtant, entre les paysages de cette disparition, entre Constantine et Saint Laurent du Maroni, entre Alger, Aix-en-Provence et les Etats-Unis, quelques lettres parviennent un jour à leur destination : « si je viens à être libéré, je regagnerai mon pays ».

Amara photo

C'est la nuit maintenant: Une exposition-laboratoire En Guyane, on retrouvera un jeune communiste vietnamien, Trần Tử Yến, dans l’unique témoignage audiovisuel qu'il a laissé de sa déportation au bagne en 1931. Un témoignage recueilli par la réalisatrice Geneviève Wiels dans le cadre de ses recherches pour la réalisation de son documentaire Au temps de l'Inini, et que Pierre Michelon présente sous forme d'installation.

Ecouter l'émission du 7 avril