Diffusion du documentaire radiophonique Le dehors et le dedans, l’expérience LIP 73 d’Aurélien Bertini (2014, 55 min 16, Radio Campus à Besançon)

Lip.jpg

À Besançon, l’usine horlogère LIP a fermé ses portes au début des années 1980. De nombreux conflits sociaux ont jalonné son existence et écrit son histoire, celles d’ouvriers et d’ouvrières qui ont dit non à la fatalité des licenciements. L’année 73 fut celle de toutes les attentions, revendications et créations. Une année de luttes marquées par l’imagination pour préserver leurs emplois : vente des montres à la sauvette dans les rues ou dans l’usine autogérée, création d’un comité d’action pour mener cette lutte, assemblées générales, visites de l’usine au public…Une histoire sociale et politique française ayant connu un retentissement européen et international. S’affirmer, créer un collectif pour conserver leurs emplois : Monique, Charles, Fatima l’ont vécu. 40 ans plus tard, leur voix se succèdent, les archives inédites retrouvées des assemblées générales des ouvriers lors du conflit se dévoilent, des compositions électro-acoustiques s’immergent dans la vie de l’usine et laissent apparaitre de nouveaux horizons sonores, les voix narratives nous interpellent sur notre capacité à agir… aujourd’hui.

Une histoire collective unique qui résonne en chacun de nous. Une histoire à connaitre, à reconnaitre, à revivre aujourd’hui. « Le Dehors et le dedans » est un documentaire qui évoque ces luttes extérieures –visibles- et nos luttes intérieures –invisibles- et nous interroge : Comment passe-t-on de l’inaction à l’action ? Comment le collectif aide l’individu à s’émanciper ? Comment l’individu nourrit le collectif? Comment notre équilibre intérieur/extérieur, notre « dehors » et notre « dedans » nourrissent nos prises de décisions et de position ?

Interview d'Alexandre Westphal, coréalisateur (avec Violaine Baraduc) du film documentaire À mots couverts (2014, 90 min, Embellie films)

amotscouverts_awvb.jpg

Dans l’enceinte de la prison centrale de Kigali, huit femmes incarcérées témoignent. Vingt ans après le génocide perpétré contre les Tutsi rwandais, Immaculée et ses codétenues racontent leur participation aux violences, retracent leur itinéraire meurtrier et se confient. À l’extérieur, Jérôme, le fils d’Immaculée, occupe une place impossible entre bourreaux et victimes. Né d’un père tutsi, il peine à mettre des mots sur l’histoire qu’il a vécue. La relation qu’il entretient avec sa mère, entre espoir de dialogue et réconciliation impossible, laisse entrevoir les blessures du Rwanda d’aujourd’hui.

Diffusion de la version courte du film (dimanche 1er février à 22h20 sur France 5, 52 min), intitulée Rwanda, l'impossible pardon.

Ecouter l'émission (dimanche 1er février)