Emission du dimanche 3 décembre

bouquin_aigle_pecheur_une.png

Les sanglots de l’aigle pêcheur documentaire sonore de de katia Kovacic (production L'orage)

Cette création sonore accompagne le livre du même nom (auteurs : d'Alban Bensa, Adrian Muckle et Yvon Kacué Goromoedo, Editions Anacharsis, juin 2015) et aborde la guerre kanak de 1917 en Nouvelle-Calédonie.

Au cours de l'année 1917, dans le nord de la Nouvelle-Calédonie, suite aux enrôlements forcés de l'armée française, les Kanaks se révoltent. La répression est féroce : l'armée coloniale, avec des auxiliaires tahitiens et kanaks, mène une politique de la terre brûlée, des populations sont décimées ou déplacées, et les responsables avérés ou putatifs qui n'ont pas été tués sont emprisonnés, jugés puis exécutés ou déplacés. Cette expérience traumatisante a donné lieu à une efflorescence de créations narratives, orales ou écrites, en prose ou en vers, à laquelle les Kanaks confièrent la mémoire de ces événements.

Le documentaire sonore est construit à partir de la collecte qu'Alban Bensa et Jean-Claude Rivière, linguiste, ont fait de 1973 à 2011 autour de récits et poésies appelées tenô sur cette guerre coloniale. Le narrateur de cette création est Yvon Kacué Goromoedo dont le récit biographique évoque les heurts et malheurs des mondes coloniaux. Ce documentaire est à la fois une mise en forme sonore du livre et une création propre. Il fait entendre les voix, les intonations et les intentions de la parole kanak sur cette guerre et sur sa portée, ses prolongements dans la Nouvelle-Calédonie actuelle en réflexion autour de son indépendance.

coucous.jpg

Couscous : Les graines de la dignité film documentaire réalisé par Habib Ayeb

Le couscous, avec ses différentes « recettes », constitue la base alimentaire de l’ensemble des populations du Maghreb, dont la Tunisie. En se concentrant sur la production des céréales nécessaires et sur les conditions politiques, sociales, économiques et écologiques de fabrication et de préparation du couscous, le film essaie de montrer qu’au-delà des discours et des postures idéologiques et/ou académiques, la question alimentaire est au cœur des problématiques liées à la dignité humaine individuelle et collective, à l’indépendance et à la souveraineté alimentaire familiales, locales et nationales. Pratiquement autosuffisante en céréales jusqu’au début du 20e siècle, la Tunisie importe aujourd’hui plus de la moitié de ses besoins et voit sa dépendance alimentaire s’aggraver d’une année à l’autre. La dignité, qui a été la demande principale des centaines de milliers de personnes -femmes et hommes- qui se sont soulevées en décembre 2010 et janvier 2011 et ont réussi à faire tomber la dictature de ben Ali, signifie aussi la capacité à pouvoir se nourrir sans devoir tendre la main.

Ecouter l'interview

Actualité du film https://fr-fr.facebook.com/GabesLabess/